Tout art, par définition, appartient au sacré. Le chant est la forme sublimé de la parole, l'écriture celle de la communication et la danse celle du mouvement.

(Ropers)

 

  • le Rock'n Roll

    Le Rock 'n Roll trouve son origine dans le Rythm and Blues chanté par certains big bands de jazz, notamment celui de Count Basie. Parallèlement, dans les années trente et quarante apparaît un type de musique très dansante : le Swing, accompagnée de plusieurs danses qui deviennent vite très populaires (le Boogie, le Jitterbug).

    C'est dans les années cinquante qu'apparaît le Rock'n Roll avec notamment Elvis Presley ou Bill Haley. Le Rock va alors s'imposer comme le style de musique populaire dominant. La danse correspondante, connaîtra aussi rapidement le succès et se structurera peu à peu (le Jive devient une danse de compétition).

  • le Lindy Hop

    Le Lindy Hop est une danse de rue qui s'est développée dans la communauté noire-américaine de Harlem (New York) vers la fin des années 20 en parallèle avec le Jazz et plus particulièrement le Swing.

    Le Lindy Hop est un mélange de plusieurs danses provenant des 4 coins des Etats-Unis à partir des années 1900, principalement le Charleston, le Breakaway et le Collegiate. Le Lindy Hop utilise les mouvements improvisés des danses africaines avec la discipline de la structure en 6 et 8 temps des danses européennes. Le Lindy Hop est un mélange de danse en couple et séparée, venant de ses origines métissées.

    Lindy hop continue à évoluer aujourd'hui. Après une phase sombre entre 1950 et 1980, il est réapparu dans les années 1980 grâce à l'énergie de plusieurs groupes : les Harlem Hot Shots (Suède), la New York Swing Society (États-Unis) et les Jiving Lindy Hoppers (Angleterre). Aujourd'hui on danse à nouveau le lindy hop dans tous les États-Unis et dans le monde entier.

    En France les principales scènes de lindy hop sont Paris, Toulouse, Montpellier, Grenoble, Strasbourg et Aix-en-Provence. De nombreux festivals y sont organisés tout au long de l'année.
    Le lindy est une danse riche et diversifiée. Le lindy se danse sur des musiques Swing, avec un tempo allant de 20 à 70 mesures par minute. Le lindy hop est l'ancêtre du rock qui s'en rapproche par le style musical et le pas de base. Cependant, là où le rythme du rock est plus carré, le lindy se rapproche du boogie-woogie avec un style « swingué », arrondi.

  • le West Coast Swing

    Le West Coast Swing vient tout droit des Etats-Unis. Cette danse séduit de plus en plus de danseurs en Europe.

    Le WCS est une danse de couple les plus élégantes et les plus décontractée à la fois. Il se danse principalement en ligne avec des mouvements fluides ce qui donne cette fameuse impression d'élasticité entre les partenaires, que ce soit sur les danses lentes ou rapides. Ajoutée à une réelle liberté d'interprétation et d'expression, les sensations ne peuvent être qu'excellentes.

    Le WCS permet de s’exprimer librement sur la musique en créant une complicité et un plaisir partagé dans le couple danseur. L’écoute mutuelle dans ce triangle entre les deux partenaires et la musique est primordiale.

    Quasiment tous les styles musicaux sont « westcoastables » : on s’amuse sur les rythmes de RnB, Dance, Pop, Soul, Funk, Blues…

    A entendre les différents styles musicaux sur lesquels se danse le West Coast Swing aujourd’hui, on a du mal à croire qu’il s’agit d’une danse. En tant que danse de la famille “Swing” descendant du Lindy Hop, le WCS se dansait à l’origine sur des blues lents ou rapides. En 1959, Skippy Blair,  nommée  tendrement  la « 1ère Dame du West Coast Swing », transforme le nom de « Western Swing », en celui de « West Coast Swing ». Ce dernier terme est utilisé, pour la première fois en 1962, lors d’une grande compétition, organisée par Skippy Blair. Le West Coast Swing est déclaré la danse officielle de la Californie en 1988. Skippy Blair est notamment la formatrice des fameux champions américains Jordan Frisbee & Tatiana Mollman, le couple qui révolutionne le WCS depuis 1999.

  • la Salsa

    Depuis les années 30, des vagues de musiques latino en provenance principalement de Cuba se succèdent à intervalles presque réguliers (tous les 20 ans environ). Le première fut celle de la Rumba, la seconde fut celle du Mambo et du Cha-Cha-Cha. La plus récente est celle de la salsa, appellation lancée dans les années 70 par les Cubains et les Portoricains de New York pour annoncer une nouvelle vague plus cuivrée, plus urbaine, plus sophistiquée.

    Le terme signifie tout simplement sauce. Est-ce pour souligner le côté "mélange" de danses latines de la salsa ? Est-ce pour mettre en valeur son côté sensuel (en argot cubain, une femme qui a de la salsa est une femme attirante) ? En tous cas, c'est une recette qui marche !

  • la Bachata

    La Bachata est un rythme originaire de la République Dominicaine. Pleine de folklore, on peut la considérer comme un mélange de Boléro (surtout le Boléro rythmique) avec d'autres influences musicales d'origine africaine et avec d'autres styles comme le Son, le Merengué, le Cha Cha et le Tango.

    La bachata est jouée par plusieurs guitares (deux ou trois), accompagnées de percussions (bongo, maracas, güira) et une basse. On parle aussi de bolero campesino, bolero antillano ou cancion del amargue, une musique associée pendant longtemps aux couches sociales les plus défavorisées de Saint-Domingue.

    Au tout début, la bachata était dédaignée car c'était une musique qui provenait des classes sociales basses.

    À ses débuts, elle était très peu diffusée en radio. Mais l'intérêt a surgi à partir des années 1980, avec l'expansion des moyens massifs de communication, le développement du tourisme, et l'effort de quelques compositeurs qui ont remarqué qu'avait surgi un nouveau genre. Les auteurs comme Juan Luis Guerra et Víctor Víctor dans les années 1990, et de Luis Días depuis 1980, ont apporté une vision plus moderne et urbaine.

    L'expansion du tourisme en République dominicaine dans les années 1980 a offert à la bachata une popularité internationale, qui est alors devenue un symbole de la République dominicaine.

     


  • le Madison

    Le Madison, est une des danses en ligne les plus anciennes, c'est une danse très prisée dans les bals ou soirées dansantes. Elle est simple d'accès et se danse en groupe : chacun tente de se synchroniser au groupe...

    Le Madison standard est basé sur un pas de quatre temps : à droite, à droite, à droite ; jeter pied gauche ; à gauche, à gauche, à gauche ; jeter pied droit ; on recule, on recule, on recule ; stop ; on avance, on avance, on avance ; quart de tour à droite ; et on recommence.

    Il y a plusieurs manières de danser le Madison, on danse, par exemple, le Madison Italien sur une mélodie de Lady : Easy love, le Madison standard peut se danser sur un Rock lent.

  • les danses en ligne

    Comme le titre l'indique, elles se dansent en ligne sur des musiques populaires trés connues. La plus ancienne est le Madison, c'est une danse très prisée dans les bals ou soirées dansantes. Les danses en ligne sont simples d'accès et se dansent en groupe : chacun tente de se synchroniser au groupe...

    Mais on peut noter aussi la Macarena, Carapiccio, la Saga, ces Soirées-Là ; la Lambada, elle, se danse en couple et se rapproche fortement du Zouk.

  • le Charleston

    L'une des danses d'origine américaine les plus populaires de l'entre-deux guerre. Inspirée d'une danse pratiquée par la communauté noire de Charleston (Caroline du Sud), elle s'impose aux Etats-Unis avec la comédie musicale "Runnin' Wild" (1923) et en France avec Joséphine Baker dès le milieu des années 1920.

    Elle se danse en solo, à deux ou en groupe, sur un rythme endiablé. Elle est fondée sur des déplacements du poids du corps d'une jambe à l'autre, genous légèrement fléchis et pieds tournés vers l'intérieur.

 

Vous aimez ce contenu ?

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter